Tout comprendre sur l’investissement locatif

L’achat d’un bien immobilier pour le louer représente aujourd’hui un très bon investissement. Cependant, comme la majorité des affaires, investir dans l’immobilier locatif comporte assez de risques. Raison pour laquelle il est nécessaire de comprendre le sujet avant de vous lancer.

Investissement locatif : quand faut-il se lancer ?

Investir dans l’immobilier locatif doit être un choix mûrement réfléchi d’autant plus qu’il agira dès le début sur votre patrimoine existant. Il est généralement recommandé de penser à ce type d’investissement lorsque vous vous êtes déjà mis à l’abri. C’est en effet un principe essentiel pour réussir votre projet. La mise à l’abri consiste à avoir déjà financé votre résidence principale, avoir une épargne de précaution et divers supports d’économie. Ces différentes prévisions vous permettront de garantir dans le temps votre investissement locatif qui n’est pas dispensé des risques.

Contrairement aux autres marchés, celui de l’immobilier n’est pas liquide. De plus, il comporte des cycles et s’étend sur une longue durée de détention. C’est pour toutes ces raisons qu’il est nécessaire de réfléchir avant de se lancer. Dès lors, il faudra suivre toutes les étapes afin de garantir le succès de votre investissement. Ceci commence bien entendu par le choix du logement, du contrat de location.

Choisir le bien, le type de contrat de location, le loyer et les locataires

La réussite d’un investissement locatif dépend d’un certain nombre de choix. En effet, investir dans l’immobilier qu’il soit locatif ou non ne veut pas dire qu’il faut se jeter sur le premier bien à vendre. De même, acheter pour louer ne veut pas dire louer pour avoir des bénéfices et récupérer votre argent dès les premiers mois. Entre le prix élevé des biens, la fiscalité confiscatoire, les rendements moyens faibles, vous devez savoir que le marché immobilier n’est pas actuellement favorable aux investisseurs particuliers.

Il est donc primordial que le bien ou les biens dans lesquels vous souhaitez investir soit minutieusement choisi. Pour ce faire, vous devez tenir compte des tendances d’évolution du quartier dans lequel vous investissez, du marché immobilier locatif local. Vous devez aussi choisir entre investir dans un logement ancien avec ou sans travaux ou d’investir dans l’immobilier neuf.

Dans la majorité des cas, les logements neuf sont vendus avec une défiscalisation. Avant de faire votre choix, gardez à l’esprit que les avantages et inconvénients en fonction du type d’opération sont différents. Raison pour laquelle vous devez adapter votre projet à votre patrimoine et à vos revenus. Cependant, vous gagnerez plus en privilégiant sur le long terme la qualité et la rentabilité.

Le choix de la fiscalité, c’est-à-dire du type de contrat de location joue un rôle crucial dans la réussite de votre investissement locatif. Il existe trois types de contrat de location à savoir : la location meublée au régime LMP ou LMNP, la location de très courte durée du genre airbnb ou saisonnier et la location nue sur un bail renouvelable de 3 ans. La différence entre les trois conventions est très importante, il faut donc prendre le temps d’étudier chacun d’eux avant de faire un choix.

Après avoir acheté le logement la prochaine étape est de le mettre en location et pour cela il faut fixer un loyer. Celui-ci doit être assez attractif pour vous permettre de trouver rapidement et facilement des locataires. Toutefois, il doit être suffisamment élevé pour permettre d’avoir une bonne rentabilité. Préparez ensuite un document d’état des lieux, un contrat de bail capable d’engendrer une facture de loyer.

C’est le moment de trouver un locataire. Il existe divers moyens pouvant vous permettre de choisir votre locataire. Vous avez donc la possibilité de choisir sur dossier votre locataire et de mettre rapidement en place le contrat. Cela vous permettra de commencer par recevoir des loyers sans prendre de vacance locative. Vous pouvez aussi passer par une annone pour trouver votre locataire. Celui-ci devra justifier ses revenus et payer une caution solidaire.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *